Sur le film
Beau et sensible, audacieux et dérangeant, Les Dimanches de Ville d’Avray est un film aussi triste que son triste titre. Il montre qu’en ce début des années 60, entre le cinéma de qualité classique et les productions de la Nouvelle Vague, quelques réalisateurs circulaient sur une troisième voie. Serge Bourguignon en fit partie : son film est à la fois classique et nouveau, un peu dans la forme, beaucoup dans le fond. Si les Dimanches de Ville d’Avray a accédé depuis longtemps au statut de film-culte aux États-Unis et au J apon, il est injustement oublié dans son pays d’origine.

Les Dimanches de Ville d'Avray

Synopsis

Pilote de guerre en Indochine, Pierre croit avoir tué une petite fille en bombardant un village. Quelques années
plus tard, sur le quai de la gare de Ville-d’Avray où il accompagne son amie Madeleine, il rencontre Françoise,
une fillette de 12 ans, abandonnée par sa mère et que son père a placé dans une institution religieuse. Se faisant
passer pour lui, Pierre prend l’habitude de la sortir tous les dimanches. Une tendre et pure amitié s’établit entre eux. Mais les braves gens s’inquiètent...

Oscar du Meilleur Film Etranger - 1963

un film de Serge Bourguignon
avec Hardy Krüger - Patricia Gozzi
d'après Bernard Echasseriaux
Image Henri Decae
Musique Maurice Jarre
Production Romain Pines

France - 1962 - 110 minutes - NB - Scope -Mono - VF - Visa 25312
télécharger
télécharger
télécharger
télécharger le dossier complet
les acacias